DIAMANT DE KITTLITZ

Évaluer cet élément
(6 Votes)

Diamant de Kittlitz 

Ordre : Passeriformes
Famille : Estrildidés
Sous-famille : Estrildinés
Genre : Estrilda
Espèce : Erythrura trichroa trichroa
Nom : Diamant de Kittlitz 

 

Couple Kittlitz

 

Mon couple (mâle à gauche)

 

Présentation du diamant de Kittlitz


Le Diamant de Kittlitz ou Erythrura trichroa trichroa de son nom latin est un Estrildidé océanien issu de nombreuses îles du pacifique ; on peut dire qu’ils vivent sur les îles suivantes : Vanuatu, Célèbes, Moluques, Nouvelle-Guinée, l’Archipel Bismarck, les îles Palau, Salomon, Carolyn et dans le nord-est de l’Australie. A cause de leur présence nombreuse sur des îles très éloignées dans le Pacifique au fil du temps plusieurs sous-espèces se sont formées. On dénombre donc une dizaine de sous-espèces de Diamant Kittlitz :
- E. trichroa sanfordi
- E. trichroa sigilifera
- E. trichroa clara
- E. trichroa modesta
- E. trichroa eichhorni
- E. trichroa woodfordi
- E. trichroa pinaiae
- E. trichroa pelewensis
- E. trichroa cyanofrons

Les différences entre ces sous-espèces sont souvent si minimes qu’en Europe on ne parle que d’un Diamant de Kittlitz. Ces différences concernent l’intensité du vert, l’épaisseur du bec, du jaune au niveau du cou, du bleu de la tête, etc.

Mon expérience d’élevage a débuté en 2008 avec l’acquisition d’un couple de Diamant de Kittlitz chez un éleveur qui est devenu un bon ami depuis. J’avais décidé d’acquérir cet oiseau pour ces couleurs vives et plutôt atypiques dans le monde des oiseaux. J’ai tout de suite été séduit par sa vivacité et la curiosité de cet oiseau.

Alimentation du diamant de Kittlitz

Pour satisfaire le « Kittlitz », un bon mélange pour exotiques, du millet rouge en branche et une pâtée d’élevage lui suffisent. Cependant, il accepte aussi volontiers un mélange de graines auquel on a ajouté un mélange de graines sauvages ou de santé, de la verdure. Il se montre particulièrement friand de riz paddy si on lui en propose et également du nutribird.


Je propose à mes oiseaux un mélange pour diamant exotiques auquel j’ajoute 5% de graines de santé se qui apporte une diversité dans les graines que consomment mes oiseaux.

 Dimorphisme sexuel

Le dimorphisme sexuel n’est pas des plus évidents pour les néophytes car suivant les sous-espèces et les souches des oiseaux les principaux critères de sexage (qui sont le masque et l’intensité de la couleur verte du corps) varient parfois beaucoup mais généralement les critères sont les suivants : 

- Le mâle : son masque est souvent plus large que celui de la femelle il est aussi souvent d’un bleu plus intense et plus foncé. En ce qui concerne la couleur du corps le mâle possède un vert très brillant et profond et le point le plus sûr est que seul le mâle chante.
- La femelle : elle possède un masque plus petit et moins bien délimité que le mâle, la couleur du masque est aussi plus claire que pour les mâles. Quant au reste du corps, le vert de la femelle est un vert plus terne tirant sur le vert olive au niveau du ventre.

Reproduction du diamant de Kittlitz 


Couvaison : 15 à 17 jours
Ponte : 4 à 8 œufs
Temps entre éclosion et sortie du nid : 19 à 21 jours
Sevrage : entre 6 et 8 semaines après éclosion

Mon expérience d’élevage du diamant de Kittlitz 


Ayant acquis mes oiseaux fin 2008, j’ai décidé d’en tenter la reproduction en mai 2009 pour la première fois. Les oiseaux ont été placés dans une cage (Facade de cage de L 95 x l 50 x h 65 pour mettre toute les chances de mon coté. J’ai aussi diversifié un maximum leur alimentation avec l’apport de riz paddy, de graines sauvages dans le mélange de tous les jours, de pinkies et, très important, en leur mettant le bain tous les jours car les Erythrurés en ont besoin. Au niveau de l’aménagement de la cage, mon choix fut d’y apporter de la végétation (du cyprès de Leyland) et d’y placer un nid utilisé le plus souvent pour le Diamant de Gould. La construction du nid fut rapide et effectuée par le mâle. Au bout de trois semaines, la femelle commença une première ponte, constituée de quatre œufs.



Cependant le couple ne se décidant pas à couver, cette ponte s’avéra infructueuse. Cette ponte fut suivie d’une seconde ponte de cinq œufs deux semaines plus tard. La femelle se décida à couver mais le nid fut abandonné au bout d’une semaine de couvaison. Après ces deux échecs, les oiseaux ont été placés en volière communautaire extérieure ou une troisième ponte eu lieu. Cette fois-ci, la couvaison s’est passée normalement mais les jeunes ont été éjectés à l’éclosion, deux jeunes ont été confiés à un couple de Moineaux du Japon qui en ont sauvé un. Donc pour 2009 un seul jeune sevré et élevé par parents nourriciers.

 


Oisillons à 12 jours


Cette année le couple n’ayant pas été séparé de l’hiver, au mois de mars j’ai remarqué que le mâle harcelait la femelle. Faute de mieux je les ai placés en cage de L 80 x l 40 x h 50 avec un nid à Diamants de Gould toujours car bien accepté par ces oiseaux et du bambou pour dissimuler le nid et faire en sorte que les oiseaux se sentent en sécurité et cachés. Pour l’alimentation : toujours le même mélange, pas de pinkies vu la nervosité du mâle mais un apport de pâtée sèche préparée par mes soins et un bain quotidien.


Oisillons à 14 jours


Le nid a rapidement été construit et je me suis rendu compte que la femelle avait pondu lorsque je ne la vit plus et me suis rendu compte qu’elle couvait. Je n’ai donc pas visité le nid dans le but de ne pas déranger le couple. Au bout d’une vingtaine de jours je fus surpris d’entendre des piaillements venant du nid. J’ai bagué quatre jeunes sept jours plus tard sans aucune certitude que les parents continuent à les nourrir ( La nourriture dans les mangeoires pour oiseaux était cependant bien entamée) et vingt jours après les premiers piaillements les oisillons étaient sortis du nid et furent sevrés sans problème.


Sortie du nid, oisillons de 21 jours

Conclusion


Le Diamant de Kittlitz n’est pas un oiseau difficile à faire reproduire si on est patient et qu’on lui offre le calme et l’alimentation variée mais pas trop riche dont il a besoin.

 

Expérience d'élevage:

par Dominique Esteves

 

 

 

Cet oiseau s'élève avec beaucoup de réussite, je l'ai élevé en batterie sous parents, sous moineaux du japon et là ou j'ai eu plus de plaisir à les voir évolué en volière. Quand j'ai commencé avec le Kitlitz, je n'avais pas beaucoup d'expérience avec cette espèce. Donc pour me faire une bonne souche, j'ai commencé sous moineaux du japon. Je n'ai trouvé aucune difficulté pour le nourrissage des jeunes et je n'ai pas eu besoin d'apport de protéine (pinkis et buffalos).

L'élevage en batterie sous parents reste l'un des plus facile, une fois les jeunes nées l'apport d'insectes n'est pas obligatoire et ils adorent le millet rouge et mi- mure. Le plus compliqué à l'élevage naturel de cet : Erythruré reste le lutino ; car je pense que c'est dû aux yeux rouges que les parents les laisses de côté.

 

 

En volière, son élevage reste facile, on peut le laisser en volière communautaire mais sans autre erythrurés (Nouméa, Gould,ect...) à cause de l'hybridation. Ce sont les premier à occuper un nid et je n'ai noté aucune agressivité en vers les autres occupants de la volière. Une fois les jeunes sevrés, le mieux est de les séparer des parents. C'est un oiseau intéressant est facile d'entretien et d'élevage pour débuter dans les petits exotiques. Le seul hic est et reste dans tous les cas le plus gros problème de cet oiseau l'embonpoint qui cause l'infertilité des œufs.

 

 

 

Informations

En cage il a tendance à l'embonpoint, donc il faut toujours surveiller son alimentation.
C'est un oiseau très robuste, bien acclimaté il peut vivre à l'extérieur toute l'année et va même se baigné dans l'eau glacé l'hiver et prendre des douches de pluie. En volière commune, il faut toujours avoir un œil dessus car il a tendance à s'hybrider avec ses cousins (Nouméa, Forbes,...).

 

 

Mutations

Lutino
Vert de mer
Panaché

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vous pouvez aussi lire l'article sur le diamant de gould.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Nekton vitamines

Nekton

Nid oiseau exotique

nid moineau du Japon

Rédacteurs

  • Articles récents

  • Articles récents

  • Paul Bancroft est un passionné d'oiseaux exotiques résident en Angleterre. Fort de son expérience des oiseaux exotiques il élabore des mélanges de graines de haute qualité afin de répondre au mieux aux besoins alimentaires des oiseaux exotiques. Il a fondé en 2016 la boutique en ligne Planet Aviary. Depuis 2018 la boutique l'Oisillon est est partenaire et distrubteur exclusif des mélanges de graines de Planet Aviary en France et dans le sud de l'Europe.

    Articles récents

  • Articles récents

  • Articles récents

  • Articles récents

  • Eléveur passionné spécialisé dans l'élevage des perruches et perroquets. Ancien secrétaire général de l'A.O.D.O ( Association de l'Oiseau Doré Ouardigha) et vice-président de la même association jusqu'à nos jours. Membre de la fédération française ornithologique depuis 2000. Fondateur et administrateur du premier site francophone sur les calopsittes et autres psittacidés http://calopsitte.forumactif.com/http://calopsitte.forumactif.com/. Il fut l'un des premiers éleveurs au Maroc à avoir réussi l'élevage des perroquets (gris du Gabon, Ara Chloroptère, ara macao et amazone à front bleu) et le premier à avoir introduit et travaillé plusieurs mutations rares en calopsittes, en perruches à croupion rouge et en ommnicolores.

    Articles récents

  • KAMEL LATRECHE (43 ans né le 25 mars 1974 à Marseille). Je réside dans le Var. Je suis éleveur capacitaire,
    affilié à la fédération CDE, au club AOM (Amicale Ornithologique Méditerranéenne ), à l’UOF, au Club ICC France
    (informations carduelinés cardinalidés).
    Palmares : médaille de bronze au championnat du monde à Almeria 2017, champion du monde médaille d'or
    à Cesena (femelle verdier d'oustalet en mutation agate), champion de France en chardonneret isabel-pastel.

    Articles récents