ELEVAGE A LA MAIN

Évaluer cet élément
(1 Vote)

POUR UNE APPROCHE RESPONSABLE ET APAISEE DE L'ELEVAGE A LA MAIN

Par Bianca Cacatoès

 

Sommaire:

 

Elevage à la main perruche calopsitte <

Définition des termes EPP, EAM, MAN

  • Qu'est ce qu'un oseau  E.P.P ?

C'est un oisillon Elevé Par ses Parents jusqu'au sevrage, il apprendra de ses parents les codes sociaux de son espèce.

  • Qu'est ce qu'un E.A.M ?

EAM signifie élevage à la main : Les oiseaux élevés à la main sont retirés des parents dès leur plus jeune âge. Ils seront élevés par l'humain, et n'auront donc pas connu leurs parents.

  • Qu'est ce M.A.N ?

MAN signifie Manipulé au Nid : Les oiseaux manipulés au nid sont nourris par les parents, et sortis du nid par petite durée pour être manipulés.

Pourquoi les éléveurs ont recours à l'EAM ? 

Parce qu'on me pose relativement régulièrement des questions relatives à l'élevage à la main, ou qu'on me demande des conseils concernant cette partie de l'élevage, parce que certains jugent cette pratique directement liée à l'appât du gain et non pas à la passion, parce que les éleveurs qui reconnaissent élever à la main certains jeunes nés au sein de leur élevage, sont parfois considérés comme responsables de tous les maux de la planète, je viens tenter de répondre du mieux que je peux et le plus sincèrement possible, et j'espère ainsi, ôter certains doutes, peut être "aider" certains éleveurs, et partager ma petite expérience tout comme mon point de vue, dans ce domaine.

Je tiens à préciser, qu'il ne s'agit que de mon opinion, que je respecte celle de chacun, je ne cherche en aucun cas à persuader qui que ce soit du bien-fondé de l'élevage à la main et je respecte bien évidemment, et au plus haut point, les éleveurs qui, par leur savoir-faire et leur patience, leurs sélections, leurs choix, ont la joie de voir les oisillons nés chez eux, être élevés naturellement et sans aucune intervention de leur part.

  • Je peux vous assurer, que tout éleveur, n'a qu'un seul désir. C'est celui de laisser ses couples élever leurs petits le plus naturellement du monde, mais la réalité est tout autre parfois, et loin d'être aussi simple qu'on le pense.

En effet, certains oiseaux ne sont pas des parents "fiables", et ce, indépendamment du fait qu'ils soient, eux-mêmes EAM (Elevés A la Main) ou EPP (Elevés Par les Parents).

Ainsi, les éleveurs tentent de modifier le logement de leurs oiseaux, de changer leur nid, de modifier leur alimentation ... et il arrive que l'un de ces changements soit la solution, mais parfois, rien n'y fait et année après année, ils voient les oisillons mourir les uns après les autres, et décident alors, d'en sauver quelques-uns en les élevant à la main.

"L'élevage à la main ne devrait intervenir que pour un sauvetage"

  • Le premier élément important que je vous saurais gré de prendre en compte, c'est que l'élevage à la main ne devrait intervenir, à mon sens, que pour un sauvetage, suite à un manque d'expérience des parents qui peuvent ne pas savoir nourrir leurs jeunes qui meurent de faim, dans le cas de parents qui peuvent parfois tuer leur progéniture, lorsque les parents trop brusques, cassent régulièrement les oeufs, voire même les mangent, ou bien pour sauver le petit dernier d'une couvée, trop faible, pour s'imposer face à ses frères et soeurs plus âgés... etc

L'élevage à la Main et Imprégnation ?

Jeune perruche ondulée élevée à la main

  • Le second point à prendre en compte, et qui n'engage que moi, bien sûr, c'est qu'il est important de différencier élevage à la main et imprégnation "nocive" pour les oisillons.

J'entends déjà nombre de personnes s'exclamer : "qui dit élevage à la main dit forcément imprégnation !!"

Je répondrais, qu'un oiseau élevé main peut tout à fait devenir un oiseau "bien dans ses baskets", très conscient de l'espèce à laquelle il appartient, ayant acquis des comportements les plus naturels possible, à condition de lui permettre de s'élever et d'évoluer entouré d'autres oiseaux, et de ne pas "l'infantiliser" à un point tel, qu'il refusera de s'intégrer à un groupe social autre que celui de l'humain.

Ainsi, je crois qu'il est très important d'essayer d'élever plusieurs oiseaux ensemble, de différentes espèces si possible, afin de les laisser interagir, communiquer, voler et apprendre les bases des comportements sociaux liés à leur espèce.

Les troubles du comportements ne sont pas inhérents à l'élevage à la main

  • Le troisième point que je souhaite soulever est celui des troubles du comportements que beaucoup pensent forcément liés à l'élevage à la main.

Croyez-moi, j'ai vu de nombreux oiseaux élevés par leurs parents et en excellente santé, développer ce type de troubles, tels que le picage, les cris intempestifs, l'abandon de leurs petits, l'agressivité ... etc.

Je pense que l'élevage à la main, s'il est effectué dans des conditions optimales de socialisation inter-espèce et de respect de l'oiseau pour ce qu'il est (il n'est et ne sera jamais une peluche ou un humain) n'est en rien lié aux troubles du comportement que ce même oiseau pourrait développer plus tard.

A mon humble avis, certaines erreurs humaines sont à l'origine du développement de ces fameux troubles chez les oiseaux EAM, par trop d'infantilisme, trop d'anthropomorphisme, trop d'amalgames entre les sentiments et les réactions humaines et les comportements animaliers.

Jeunes youyou du Sénégal élevés à la main
 Jeunes YouYou Du Sénégal élevés à la main

Combien de fois ais-je entendu des humains cataloguer un comportement chez un oiseau sur la simple analyse purement humaine qu'il en faisait !!

Le pire des comportements néfastes que nous pouvons imposer à nos oiseaux est notre "excès d'amour" si je puis dire, ou plutôt devrais-je écrire, que nous les aimons parfois, mal.
  • Par peur qu'ils ne s'envolent, certains leur coupent les rémiges,

  • par peur qu'ils n'attrapent une maladie, certains les mettent "sous cloche" les empêchant de découvrir leur environnement, de gruger du bois naturel, de jouer sur un sol naturel etc, brisant ainsi leurs instincts primaires, les forçant par excès d'attention à réfréner leurs besoins naturels, fragilisant leur santé physique et psychique, face à leur environnement.

L'arrivée d'un oiseau au sein d'une famille, provoque inévitablement une agitation et un intérêt parfois démesurés. On le cajole, on le laisse dormir sur nos genoux, on lui "passe tout" mais lorsque le quotidien reprend ses droits, et que l'attention diminue inévitablement, l'oiseau se retrouve dans une situation qu'il ne comprend pas et exprime son mécontentement par des cris parfois.

Le nettoyage de sa cage au départ si amusant, devient une "corvée", les plumes et la poussière agacent, on commence à se poser la question du gardiennage pour les départs en vacances...

Ces erreurs, ne sont pas le fait des éleveurs mais bel et bien des familles adoptantes.

C'est ainsi, qu'à titre tout à fait personnel, j'insiste particulièrement et lourdement même, sur tous ces aspects de la vie avec un perroquet avant de le céder. Parce qu'il est de ma responsabilité d'essayer d'offrir un avenir heureux à mes oiseaux.

L'élevage à la main est-il synonyme d'appat du gain ?

Un autre point que j'aimerais également aborder est celui de l'argent.

Ah !! combien de fois ais-je pu lire ou entendre certains, accuser les éleveurs à la main de privilégier leur porte-feuille en lieu et place du bien-être animal !

Je ne compte plus le nombre de fois où l'on m'a demandé si j'étais un éleveur amateur ou professionnel.

Question à laquelle je demandais: Pourquoi ?

  1. Est-on meilleur ou pire éleveur parce qu'on en fait son métier ?
  2. Faut-il être passionné, tout de même, pour décider d'essayer d'en faire une profession !!, non ?
  3. Est-on moins passionné ou plus incompétent parce qu'on est amateur ?
  4. La quantité d'espèces détenues, ou le choix des espèces élevées est-elle en relation directe avec la qualité de son élevage ?

Je crois, que l'on peut rencontrer le meilleur comme le pire, quel que soit le domaine en question, et que gagner sa vie en élevant des oiseaux n'est pas plus malhonnête que la gagner en élevant des chevaux, en dirigeant un zoo, ou encore en soignant des animaux.

La différence entre un amateur et un professionnel provient tout simplement du fait que l'un, a su développer et a souhaité travailler dans un domaine qui le passionne, et le second, a déjà une profession autre, et ne peut donc pas se consacrer entièrement à cette même passion. Il fera donc le choix d'élever moins d'espèces, il détiendra surement moins d'oiseaux mais ce qui est certain, c'est que les deux personnages seront insatiables lorsqu'il s'agira de parler de leur passion !

Ce qui "dérange" en réalité, me semble-t-il, ce sont les valeurs de cession de certaines espèces et beaucoup ne voient que cela sans se préoccuper ou même essayer d'imaginer le travail, les investissements quasi incessants, le coût élevé du matériel à acquérir, les frais nécessaires et indispensables liés à l'alimentation parfois très spécifique de ses oiseaux, les frais vétérinaires, les pertes, les frais d'acquisition des oiseaux et les années de patience, de bons soins, et d'observation avant d'espérer voir ses couples se reproduire.

Je vous ferais grâce des nuits très courtes, des journées à rallonge, sans parler des impératifs légaux liés à la détention de certaines espèces.

Loin de moi, l'idée de dresser un tableau noir de la passion ornithologique, je suis éleveur et ravie de vivre cette passion, mais je pense qu'il serait bien de cesser de regarder la partie visible de l'iceberg et de sciemment oublier celle qui reste invisible.

Sauf exception bien sur, je pense que lorsqu'on élève on est passionné, que l'on soit amateur ou professionnel, que l'on pratique l'EAM ou pas.

Quels sont les prérequis pour élever à la main des oisillons ?

J'en viens à la dernière partie de ce texte. L'Elevage à la main à proprement parlé.

 

Voici certaines questions à se poser avant d'envisager de s'y pencher.

  • Pour quelles raisons, envisagez-vous de faire de l'eam, est-ce bien indispensable ?
  • Avez-vous acquis un minimum d'expérience et de savoir-faire dans ce domaine ? La vie d'êtres vivants est entre vos mains.
  • Avez-vous tout le matériel de qualité nécessaire ? plusieurs incubateurs, plusieurs couveuses, le matériel de nourrissage, savez-vous ou vous fournir en pâtée de nourrissage, quelle pâtée allez-vous choisir, laquelle correspond aux espèces que vous élevez ...

Jeunes ondulées dans éleveuse
Jeunes ondulées dans éleveuse

  • Avez-vous les installations nécessaires afin de procéder au mieux pour le bien être des oiseaux ? On n'improvise pas d'élever des oiseaux à la main dans un petit recoin de son salon, si je puis dire.
  • Avez-vous le temps nécessaire pour vous consacrer entièrement à cette pratique qui peut durer des semaines voir des mois avant le sevrage de certaines espèces. Votre vie sera rythmée par les soins à apporter aux oisillons et vous ne pourrez pas vous y soustraire, votre famille et vous-même êtes-vous prêts à accepter cette situation ?
  • Maîtrisez-vous les connaissances primordiales en terme d'hygiène, de températures, d'hygrométrie...
  • Saurez-vous agir en conséquence face aux éventuels soucis liés à l'EAM tels que les soucis d'éclosion, les infections, le blocage de jabot, les déformations de membres ou du bec des oisillons, les blessures ?
  • Etes-vous entouré d'un vétérinaire spécialisé ?
  • Maîtrisez-vous la législation, ainsi que les obligations auxquelles doivent se soumettre les éleveurs ? (identification, démarches administratives …) Croyez-moi ce n'est pas le plus simple des aspects...

 

Vidéo de Rebecca Stout qui nourrit à la main un jeune Cacatoes Alba

 
 

Conclusion

Et pour finir, prenez pleinement conscience, que la vie d’un animal est entre vos mains. Si vous ne pouvez pas répondre avec assurance aux questions précédentes, ne vous aventurez pas à faire de l’élevage à la main. Laissez l’éleveur garder cette responsabilité pour le bien de l’oiseau. Je vous assure que ce dernier ne sera pas plus proche de vous, parce que vous l’aurez sevré vous-même.

Laisser le temps nécessaire à un animal pour se socialiser tout comme respecter ses besoins en termes de sevrage, lui assureront un équilibre psychique et physique optimal.

J'espère sincèrement avoir su exprimer toute l'implication, que nécessite cette belle passion, mais aussi et surtout, j'espère avoir réussi à communiquer l'essentiel, indifféremment de nos opinions.

La même passion nous unit, celle des oiseaux. Nous rencontrons tous, certaines difficultés, nous avons vécu certains échecs comme de belles réussites d'élevage. Nous faisons tous de notre mieux pour nos oiseaux  

Lu 676 fois Dernière modification le dimanche, 20 octobre 2019 22:53
Plus dans cette catégorie : « Vivre avec un Perroquet

Laissez un commentaire

Nekton vitamines

Nekton

Rédacteurs

  • Articles récents

  • Articles récents

  • Paul Bancroft est un passionné d'oiseaux exotiques résident en Angleterre. Fort de son expérience des oiseaux exotiques il élabore des mélanges de graines de haute qualité afin de répondre au mieux aux besoins alimentaires des oiseaux exotiques. Il a fondé en 2016 la boutique en ligne Planet Aviary. Depuis 2018 la boutique l'Oisillon est est partenaire et distrubteur exclusif des mélanges de graines de Planet Aviary en France et dans le sud de l'Europe.

    Articles récents

  • Articles récents

  • Eléveur passionné spécialisé dans l'élevage des perruches et perroquets. Ancien secrétaire général de l'A.O.D.O ( Association de l'Oiseau Doré Ouardigha) et vice-président de la même association jusqu'à nos jours. Membre de la fédération française ornithologique depuis 2000. Fondateur et administrateur du premier site francophone sur les calopsittes et autres psittacidés http://calopsitte.forumactif.com/http://calopsitte.forumactif.com/. Il fut l'un des premiers éleveurs au Maroc à avoir réussi l'élevage des perroquets (gris du Gabon, Ara Chloroptère, ara macao et amazone à front bleu) et le premier à avoir introduit et travaillé plusieurs mutations rares en calopsittes, en perruches à croupion rouge et en ommnicolores.

    Articles récents

  • KAMEL LATRECHE (43 ans né le 25 mars 1974 à Marseille). Je réside dans le Var. Je suis éleveur capacitaire,
    affilié à la fédération CDE, au club AOM (Amicale Ornithologique Méditerranéenne ), à l’UOF, au Club ICC France
    (informations carduelinés cardinalidés).
    Palmares : médaille de bronze au championnat du monde à Almeria 2017, champion du monde médaille d'or
    à Cesena (femelle verdier d'oustalet en mutation agate), champion de France en chardonneret isabel-pastel.

    Articles récents

  • Benoit Patient, jeune éleveur de 20 ans passionné par les petits oiseaux exotiques becs droits. Il a commencé en 2004 avec un couple de Canari et de Diamant mandarin avant d'acquérir des Diamants de Gould. Maintenant il se spécialise dans les petits africains tels que les Astrilds, Amarantes et Sénégalis ainsi que les australiens et océaniens à savoir Diamant de Bichenov, Pape de Nouméa et autres. En parallèle, il élève également des poules, pigeons et canards d'ornement.

    Articles récents

  • Passionnée par les oiseaux, j’élève différentes espèces (Calopsittes, Pyrrhura emma, Perruches Souris), mais surtout des Kakariki. En effet, ces petits perroquets m’ont littéralement conquise, et je ne pourrai imaginer de voir mes volières sans eux !

    J’élève et sélectionne différentes mutations, notamment le Gesaumt chez le Kakariki à Front Jaune, et le Turquoise ainsi que le Fallow (et combinaison des deux) chez le Kakariki à Front Jaune. Je possède aussi des Lutino en Front Rouge, et bien sûr quelques oiseaux en Type Sauvage afin de pouvoir conserver des lignées pures de TS sur ces deux espèces.

    Je sélectionne mes souches avec des oiseaux de bons gabarits, ayant une bonne morphologie, une bonne santé et un bon caractère.

    Articles récents