PRÉSENTATION DU DIAMANT MANDARIN

Évaluer cet élément
(1 Vote)

Le DIAMANT MANDARIN

par  Claire Teysseyre

 

Sommaire :

 

Diamant Mandarin Mâle Gris Classique CTDiamant Mandarin Femelle Gris Classique CT
Source : https://www.nederlandsezebravinkenclub.nl/ 

Ma découverte du diamant mandarin !

Il y’a plus d’une dizaine d’années que j’ai découvert cette espèce.

Un cadeau d’anniversaire…

Le mâle était gris ardoise,  des traits de larmes fins et noirs, bec rouge, des joues colorées brun orange profond,  des zébrures noires qui allaient du dessous du bec jusqu’à une barre de poitrine noire,  des flancs colorés brun châtain parsemés de petits points blancs et ronds.  Il avait sur la queue des dessins, alternance de carreaux blancs et noirs.

Il chantait. Son chant n’en était pas réellement un, mais me faisait beaucoup rire: un espèce de tya tya aux sonorités de jouet pour chien, ou de vieille balançoire rouillée, au choix.

La femelle était toute brune. Elle avait elle aussi des traits de larme fins, bec orange rouge, pas de couleur aux joues, ni aux flancs; pas de barre de poitrine non plus ni même de zébrures.  Les dessins de sa queue étaient également une alternance de carreaux mais crème et bruns foncés. Elle ne chantait pas, poussait juste des petits cris.

C’est la première chose que j’ai appris sur eux : le dimorphisme sexuel ou comment savoir qui est le mâle et qui est la femelle

 Diamant Mandarin Mâle Brun CTDiamant Mandarin Femelle Brune CT
Source : https://www.nederlandsezebravinkenclub.nl/

 

Mon premier petit bébé mandarin 

C’était la première fois que j’avais des oiseaux.

Ils avaient une cage assez spacieuse pour eux deux, des perchoirs, un mélange de graines exotiques, un os de seiche et un nid en osier fermé, une baignoire, comme l’avait conseillé le vendeur.

Je les avais installés dans mon salon, afin de pouvoir les observer, les regarder évoluer, et leur parler aussi. Je me suis très vite rendu compte qu’ils étaient au départ un peu craintif, mais qu’au bout de quelques jours, ils n’avaient plus peur de moi. Ils faisaient leur petit train train. Je les voyais manger, boire, prendre leur bain, tout allait très bien.

J’avais également remarqué que 5 jours après leur arrivée à la maison, ils dormaient dans le nid. Toujours sur les conseils du vendeur, je leur avais mis de la fibre de coco. Le mâle s’était chargé de prendre les brins de fibre et de les amener dans le nid, pendant que la femelle les arrangeait à l’intérieur. J’avais trouvé cela très sympa de voir qu’ils s’occupaient tous les deux de leur nid.

Quelques jours sont passés, et là, j’ai observé un nouveau comportement chez eux. Je voyais tantôt le male dans le nid, la femelle dehors, tantôt le mâle dehors et la femelle dans le nid… Comme ils étaient en bonne santé, je me suis dit que ce devait être normal et ne me suis pas inquiétée.

Et puis vers le 16ème jour, j’ai vu le mâle un matin, sortir du nid, se mettre sur le perchoir, et il chantait comme je ne l’avais jamais vu faire ! Puis il repartait dans le nid, puis il ressortait et chantait à nouveau ! Et je ne voyais pas la femelle. Comme je le trouvais un peu surexcité, j’ai appelé le magasin. Et là, le vendeur me dit : vous devriez regarder dans le nid, s’il y’a un jeune, il vous faudra leur donner de la pâtée d’élevage… Un jeune ?!!!!!!!!!

Je n’avais pas imaginé une seule seconde qu’ils avaient pu pondre. Je décroche délicatement le nid, j’essaie de voir avec une lampe stylo à l’intérieur du nid, et effectivement, qu’elle ne fut pas ma surprise de voir 4 œufs et 1 petit bout rose plein de duvet ! J’ai vite remis le nid en place, suis allée chercher de la pâtée d’élevage. Je leur en donnais un peu tous les jours de la fraîche.

1 mois environ après l’arrivée du couple, nous voilà donc à 7 oiseaux . Les petits sont sortis du nid les uns après les autres. Ils étaient certains gris, d’autres bruns, le bec noir pour les gris, plus rose pour les bruns. Certains avec des traits de larme, d’autres pas. Je les ai regardé tous les jours, et j’ai découvert « la mue juvénile ». Les jeunes mettaient leur couleur… Certains avaient les joues qui se coloraient, d’autres pas. Et au final, j’ai eu 3 mâles gris  et 2 femelles brunes.

Ce à quoi je me suis dit : comme papa et maman, normal.

Sauf que je remarquais que 2 jeunes mâles, qui n’avaient pas de traits de larmes, avaient les dessins de flancs sensiblement différents : les points blancs n’étaient pas ronds mais plutôt de forme allongés, les dessins de queue n’était plus des carreaux mais plutôt deux grosses gouttes allongés de couleur crème, et leur barre de poitrine était vraiment très large et épaisse. La couleur des joues allait jusqu’au dessus de la tête et s’étirait dans la nuque. Les plumes sur le dos étaient bordurés de blanc   et  de bordeaux. J’ai trouvé ça très surprenant, mais aussi très joli !

La cage étant assez spacieuse pour les 7, tout le monde a ensuite continuer ses activités, moi y compris.

La famille s'aggrandit 

Un mois plus tard, un matin toujours, je vois le mâle recommencer à sortir du nid, chanter à tue tête, retourner dans le nid, ressortir, et là je me suis dit : « ils n’ont pas remis ça quand même ?! » Je n’y connaissais vraiment rien en oiseau… Je décroche le nid, je regarde avec la lampe stylo, et si !!! De nouveau, 4 œufs et un petit bout rose clair plein de duvet !

J’ai rapidement compter que 7 déjà, plus 5 nouveaux, ça en faisait 12 en deux mois environ… alors j’ai commencé à me dire que le vendeur avait très certainement oublié de me donner certains conseils. Je me suis donc mis sur l’ordinateur, et j’ai cherché de l’aide sur internet. J’ai trouvé un forum dédié aux diamants mandarins, je ne savais même pas que ça existait ! Je me suis inscrite et j’ai commencé à découvrir plein de choses dont je ne soupçonnais même pas l’existence !

En parallèle, j’ai demandé à un ami de me construire une volière afin de pouvoir loger correctement tous mes petits protégés, et bien évidemment, une fois que les 5 nouveaux petits ont été hors du nid, j’ai retiré le nid et je les ai tous installés dans leur nouveau logement beaucoup plus grand…

Je me suis rendue très vite compte sur ce forum, que j’avais énormément à apprendre sur mes amis à plume. J’y allais donc tous les soirs, surtout que l’équipe et les membres étaient tous vraiment très compétents, pleins de bon conseils, et super sympas !  Et c’est comme ça que ma passion pour eux est née… et elle ne m’a jamais quittée depuis. On s’aperçoit avec eux que l’on en apprend tous les jours, et que les jours se suivent mais ne se ressemblent jamais !

Quelle est origine du diamant mandarin ? 

Au début sur le forum, je me suis intéressée à leur origine.

Ceux sont des Australiens, d’environ 12 centimètres, robuste, vif, et curieux. Ils sont l’espèce idéale pour commencer  apprendre à s’occuper d’oiseaux.

Ensuite j’ai vérifié si j’avais bien compris le dimorphisme sexuel.

Les mâles ont les joues colorées, des zébrures,  une barre de poitrine, mais ce que l’on retrouve quasiment systématiquement à part sur les combinaisons Black Face Poitrine noire, sont des flancs avec des points blancs et le bec rouge.

Les femelles ont un bec orange, et la seule mutation qui fait ressortir des points de flancs sur les femelles est la mutation Poitrine Orange.

Les mutations du diamant mandarin

Certaines mutations, ou combinaison de mutations,  peuvent sensiblement changer ce dimorphisme sexuel.

Par exemple pour la mutation Joue Noire, les femelles ont les joues colorées noires

 

Diamant Mandarin couple dimporphisme joues noires CT

 

Autre exemple : la mutation Poitrine Blanche

Diamant Mandarin couple dimorphisme poitrine blanche CT

Dernier petit exemple : la mutation Poitrine Orange

Diamant Mandarin couple dimorphisme poitrine orange CT

J’ai ensuite été très impressionnée par le nombre de mutations qu’il existe chez cette espèce !  Celui que l’on peut observer à l’état naturel en Australie est gris avec un voile brun sur le dos. On l’appelle le Type Sauvage.

Diamant Mandarin type sauvage CT
Source : Roy Beckham

Beaucoup de mutations sont apparues chez les éleveurs au fil des années, dans tous les pays où l’on peut le voir (Europe, Amérique, Australie) Je ne peux toutes vous les citer, et certaines ont disparues.

Voici celles que l’on voit le plus chez nous.

Le Brun, le Dos Pâle, le Masqué,  le Black Face, le Huppé, le Blanc, le Poitrine Noire, l’Isabelle, le Joue Noire, le Panaché, le Poitrine Blanche, le Pastel,  et il y’en a d’autres encore…

Diamant Mandarin Mâle Isabelle Gris CT  Diamant Mandarin Mâle black face gris CT

Diamant Mandarin Mâle hupé gris CT Diamant Mandarin Mâle pastel gris CT

Diamant Mandarin Mâle Poitrine noire Gris CT Diamant Mandarin Mâle blanc gris CT

Diamant Mandarin Mâle Mutation panaché gris CT Diamant Mandarin Mâle Bec jaunes gris CT

J’ai eu la surprise également d’apprendre que la majorité de toutes ces mutations peuvent être combinées  ! Ce qui laisse une diversité au niveau des couleurs incroyable !

 

Quelques exemples de combinaisons de mutations :

 Diamant Mandarin Mâle black face Joues Noires CT  Diamant Mandarin Mâle black face poitrine noire CT

Diamant Mandarin Mâle black Isabelle face brun poitrine noire poitrine orange CT

 

Une de ces photos avaient particulièrement attirée mon attention. Le mâle de la mutation Poitrine Noire ressemblait beaucoup en couleur et en dessin, à mes deux jeunes mâles nés à la maison. J’ai donc mis une photo de mes mâles sur le forum, et j’ai posé la question : sont-ils Poitrine Noire ?

Et bien oui ! J’avais deux mâles Poitrine Noire nés à la maison, d’un mâle gris et d’une femelle brune. J’ai alors demandé : « comment est-ce possible puisqu’aucun des deux parents n’est Poitrine Noire ? »

Quelques informations pour comprendre la génétique du mandarin

C’est là que j’ai commencé à m’intéresser et à apprendre  la génétique…….Pour une littéraire comme moi, ça n’a pas été évident du tout ! Et j’ai passé de nombreuses heures à apprendre pour comprendre…Mais j’ai réussi !

En fait il existe, du moins pour les mutations que l’on trouve en Europe, 3 modes de transmission d’hérédité :

  1.  Le Dominant libre
  2.  Le Récessif libre
  3.  Le Lié au sexe récessif

Pour faire très simple :

  • pour les mutations dominantes libre, il suffit que l’un des deux parents ait le gêne pour que l’on puisse avoir des chances d’avoir des jeunes mutants. Il ne peut pas y’avoir d’oiseaux porteur de mutations dominante libre. Les mutations dominantes libre les plus courantes chez le diamant mandarin sont : Black Face, Huppé,Joue Grise, Pastel
  • pour les mutations récessives libre, il faut que les des deux parents aient le gêne pour que l’on puisse avoir des chances d’avoir des jeunes mutants. Les mutations récessives libre les plus courantes chez le diamant mandarin sont : Blanc, Isabelle, Poitrine Noire, Poitrine Orange, Poitrine Blanche, Panaché, Sellé, Joue Noire, Eumo, Bec Jaune, Agate

  • pour les mutations liées au sexe récessive, le père doit être mutant ou porteur du gêne pour  le transmettre à ses filles qui seront d’office mutantes. Ou bien il faut que les deux parents soient mutants pour avoir des jeunes mutants en mâle et en femelle. Les femelles ne peuvent pas être porteuse de mutation liée au sexe récessive.  Les mutations liées au sexe récessives  les plus courantes chez le diamant mandarin sont : Brun, Dos Pâle, Masqué, Masqué Ancien Type

 

 Conseils pratiques pour réussir la reproduction

 

Diamant Mandarin Nid Plastique CT

Au niveau de la reproduction, j’ai appris tout ce qu’il fallait pour contrôler et maîtriser cette période.

  • Déjà, il faut savoir qu’ils sont physiquement capable de se reproduire à partir de 6 mois pour certains, mais cela comporte de gros risque mortel pour la femelle dans un premier temps, qui peut faire un mal de ponte. C’est-à-dire qu’elle n’arrive pas à expulser l’œuf, et elle en meurt.
  • Ensuite, à 6 mois, même si physiquement ils sont aptes, au niveau maturité ils ne le sont pas. Faire des reproductions avec des oiseaux si jeunes se finit en général mal, et même si des jeunes naissent, bien souvent ils meurent parce que les jeunes parents ne les nourrissent pas. Il est beaucoup plus sage et responsable d’attendre que les oiseaux aient au moins un an avant de les mettre en reproduction.

En cas de mal de ponte, même si la femelle est en âge cela peut arriver, il faut intervenir le plus rapidement possible. La femelle qui fait un mal de ponte se tiendra en boule en fond de cage. Il faut alors immédiatement faire chauffer une casserole d’eau, et maintenir la femelle au dessus de la vapeur d’eau chaude, le cloaque vers la casserole. Il faut la maintenir a une distance raisonnable de manière à ce qu’elle ne soit pas brûlée bien évidemment par la vapeur d’eau. Rester comme ça au moins 10 minutes. Ensuite on peut lui passer délicatement de l’huile sur le cloaque, puis ensuite l’isoler dans une cage près d’une source de chaleur et au calme.  En principe, l’œuf sera pondu dans les deux heures qui suivent les soins. Si ce n’est pas le cas, il faut renouveler l’opération. Il est évident que l’on ne remet pas en reproduction une femelle qui vient de faire un mal de ponte. On la laisse ensuite au repos pendant quelques temps.

Mais en principe, les reproductions se passent très bien si l’on prépare bien les oiseaux avant de les mettre en reproduction. Pour les préparer, il suffit de leur donner, en plus de l’alimentation de base habituelle,  de la pâtée d’élevage fraiche un peu tous les jours. On peut également leur donner du concombre pelé, aliment qui contient de la vitamine E. La vitamine E est la vitamine nécessaire à la reproduction. Il faut également leur faire un apport supplémentaire en calcium, car les oiseaux puisent dans le calcium contenu dans leurs os pour ces périodes de reproduction. Il est donc indispensable de faire cet apport supplémentaire en calcium. Après une semaine ou deux de préparations, vous verrez très vite si le mâle coche la femelle. Si c’est le cas, c’est le moment d’arrêter de donner la pâtée, de leur mettre des fibre de coco, et le nid. Ils se chargeront de remplir le nid avec la fibre de coco. Il est préférable d’utiliser des nids de type boîte, en extérieur, de manière à pouvoir surveiller tranquillement la ponte des œufs et la naissance des jeunes.

Le premier œuf sera pondu 5 jours après le cochage. Ils peuvent pondre entre 3 et 6 œufs blancs.  En principe, ils se relaient pour couver les œufs, et ne commencent à les couver qu’après la ponte du 3ème œuf. A partir du premier jour de couvaison, on compte en principe 13 jours, pour arriver à la date d’éclosion du premier jeune.  Ils écloront un par jour, suivant l’ordre de ponte des œufs.

La couvaison étant très fatigante pour les parents, il est préférable au 10ème jour de mirer les œufs, afin de voir s’ils sont fécondés ou pas. S’ils ne sont pas fécondés, il vaut mieux les enlever, et éviter ainsi aux parents une fatigue inutile.

Quand le premier jeune éclos, il faut remettre de la pâtée fraiche que l’on change tous les jours. Alors il ne faut pas s’inquiéter, les parents ne nourrissent jamais les jeunes le premier jour de l’éclosion, c’est tout à fait normal.

Diamant Mandarin oeufs fécondés CT
Oeuf fécondé

Puis les jours vont s’enchaîner, les petits vont très vite grossir, jusqu’au jour où ils décideront de sortir du nid. Selon les mutations, les jeunes ont le bec noir, ou rose à la naissance. Il faut laisser les jeunes au moins 60 jours avec les parents, parce que les parents leur apprennent beaucoup de chose : manger, boire, chanter pour les mâles, etc etc…

Il est mieux de mettre des grappes de millet en fond de cage quand les jeunes sont sortis du nid, cela facilitera leur sevrage. 

En principe, on retire le nid deux jours après la sorti du dernier jeune.

Diamant Mandarin jeune mandarin 20J sur main CT

Une fois les jeunes sevrés, il est très fréquent que les parents les chassent et/ou les piquent. C’es pour leur apprendre a devenir indépendant. Dès lors qu’ils sont sevrés, les parents les considèrent comme des intrus. C’est donc normal. Il faudra alors penser à séparer les jeunes des parents, ou bien à mettre tout le monde ensemble dans une grande volière, de manière à ce que chacun puisse trouver son propre territoire. J’ai évoqué ici la reproduction « type ». Il va de soit qu’il peut y’avoir quelques variantes, les reproductions ne se ressemblants pas toutes. Par exemple en cas de grosse chaleur, passée 26°, les petits naitront très certainement plus tard. Il faut savoir être patient. En effet, les parents quand il fait plus de 26°, vont chanter à leurs embryons qu’il fait très chaud, qu’il vaut mieux donc attendre un peu avant de sortir…

Il faut également savoir que les diamants mandarins ont permis aux chercheurs à mieux comprendre l’autisme des humains, et tant d’autres choses…

Ceux sont vraiment des petits oiseaux que j’adore toujours observer, même après toutes ces années passées à leur côté… Ils sont formidables et amènent des moments de grande joie quand on les vit au quotidien :)

Diamant Mandarin coupple sur perchoir CT
Source : Internet

 

 

1 Commentaire

  • Lien vers le commentaire Jeanclause vendredi, 15 novembre 2019 08:35 Posté par Jeanclause

    Très bel article, vraiment magnifique pour le bien être de vos oiseaux

Laissez un commentaire

Nekton vitamines

Nekton

Nid oiseau exotique

nid moineau du Japon

Rédacteurs

  • Articles récents

  • Articles récents

  • Paul Bancroft est un passionné d'oiseaux exotiques résident en Angleterre. Fort de son expérience des oiseaux exotiques il élabore des mélanges de graines de haute qualité afin de répondre au mieux aux besoins alimentaires des oiseaux exotiques. Il a fondé en 2016 la boutique en ligne Planet Aviary. Depuis 2018 la boutique l'Oisillon est est partenaire et distrubteur exclusif des mélanges de graines de Planet Aviary en France et dans le sud de l'Europe.

    Articles récents

  • Articles récents

  • Eléveur passionné spécialisé dans l'élevage des perruches et perroquets. Ancien secrétaire général de l'A.O.D.O ( Association de l'Oiseau Doré Ouardigha) et vice-président de la même association jusqu'à nos jours. Membre de la fédération française ornithologique depuis 2000. Fondateur et administrateur du premier site francophone sur les calopsittes et autres psittacidés http://calopsitte.forumactif.com/http://calopsitte.forumactif.com/. Il fut l'un des premiers éleveurs au Maroc à avoir réussi l'élevage des perroquets (gris du Gabon, Ara Chloroptère, ara macao et amazone à front bleu) et le premier à avoir introduit et travaillé plusieurs mutations rares en calopsittes, en perruches à croupion rouge et en ommnicolores.

    Articles récents

  • KAMEL LATRECHE (43 ans né le 25 mars 1974 à Marseille). Je réside dans le Var. Je suis éleveur capacitaire,
    affilié à la fédération CDE, au club AOM (Amicale Ornithologique Méditerranéenne ), à l’UOF, au Club ICC France
    (informations carduelinés cardinalidés).
    Palmares : médaille de bronze au championnat du monde à Almeria 2017, champion du monde médaille d'or
    à Cesena (femelle verdier d'oustalet en mutation agate), champion de France en chardonneret isabel-pastel.

    Articles récents

  • Benoit Patient, jeune éleveur de 20 ans passionné par les petits oiseaux exotiques becs droits. Il a commencé en 2004 avec un couple de Canari et de Diamant mandarin avant d'acquérir des Diamants de Gould. Maintenant il se spécialise dans les petits africains tels que les Astrilds, Amarantes et Sénégalis ainsi que les australiens et océaniens à savoir Diamant de Bichenov, Pape de Nouméa et autres. En parallèle, il élève également des poules, pigeons et canards d'ornement.

    Articles récents

  • Passionnée par les oiseaux, j’élève différentes espèces (Calopsittes, Pyrrhura emma, Perruches Souris), mais surtout des Kakariki. En effet, ces petits perroquets m’ont littéralement conquise, et je ne pourrai imaginer de voir mes volières sans eux !

    J’élève et sélectionne différentes mutations, notamment le Gesaumt chez le Kakariki à Front Jaune, et le Turquoise ainsi que le Fallow (et combinaison des deux) chez le Kakariki à Front Jaune. Je possède aussi des Lutino en Front Rouge, et bien sûr quelques oiseaux en Type Sauvage afin de pouvoir conserver des lignées pures de TS sur ces deux espèces.

    Je sélectionne mes souches avec des oiseaux de bons gabarits, ayant une bonne morphologie, une bonne santé et un bon caractère.

    Articles récents