Nekton vitamines

Nekton

Nid oiseau exotique

nid moineau du Japon

Rédacteurs

  • Articles récents

  • Articles récents

  • Paul Bancroft est un passionné d'oiseaux exotiques résident en Angleterre. Fort de son expérience des oiseaux exotiques il élabore des mélanges de graines de haute qualité afin de répondre au mieux aux besoins alimentaires des oiseaux exotiques. Il a fondé en 2016 la boutique en ligne Planet Aviary. Depuis 2018 la boutique l'Oisillon est est partenaire et distrubteur exclusif des mélanges de graines de Planet Aviary en France et dans le sud de l'Europe.

    Articles récents

  • Articles récents

  • Articles récents

  • Articles récents

  • Eléveur passionné spécialisé dans l'élevage des perruches et perroquets. Ancien secrétaire général de l'A.O.D.O ( Association de l'Oiseau Doré Ouardigha) et vice-président de la même association jusqu'à nos jours. Membre de la fédération française ornithologique depuis 2000. Fondateur et administrateur du premier site francophone sur les calopsittes et autres psittacidés http://calopsitte.forumactif.com/http://calopsitte.forumactif.com/. Il fut l'un des premiers éleveurs au Maroc à avoir réussi l'élevage des perroquets (gris du Gabon, Ara Chloroptère, ara macao et amazone à front bleu) et le premier à avoir introduit et travaillé plusieurs mutations rares en calopsittes, en perruches à croupion rouge et en ommnicolores.

    Articles récents

  • Passionnée par les oiseaux, j’élève différentes espèces (Calopsittes, Pyrrhura emma, Perruches Souris), mais surtout des Kakariki. En effet, ces petits perroquets m’ont littéralement conquise, et je ne pourrai imaginer de voir mes volières sans eux !

    J’élève et sélectionne différentes mutations, notamment le Gesaumt chez le Kakariki à Front Jaune, et le Turquoise ainsi que le Fallow (et combinaison des deux) chez le Kakariki à Front Jaune. Je possède aussi des Lutino en Front Rouge, et bien sûr quelques oiseaux en Type Sauvage afin de pouvoir conserver des lignées pures de TS sur ces deux espèces.

    Je sélectionne mes souches avec des oiseaux de bons gabarits, ayant une bonne morphologie, une bonne santé et un bon caractère.

    Articles récents

LE SÉNÉGALI ENFLAMMÉ OU AMARANTE ENFLAMMÉE

Évaluer cet élément
(2 Votes)

LE SÉNÉGALI ENFLAMMÉ OU AMARANTE ENFLAMMÉE

par Dominique Esteves

Nom scientifique : Hypargos niveoguttatus

Ordre : Passériformes

Famille : Estrildidés

Origine : Afrique de l’Est

Durée de vie : 5-8 ans

Taille : 12-13 cm

 

Couple de Sénégali enflamé.

Répartition de l'amarante enflammée

L'Angola, Burundi, République démocratique du Congo, Kenya, Malawi, Mozambique, Namibie, Rwanda, Somalie, Afrique du Sud, Tanzanie, Zambie et Zimbabwe.

Sexage du sénégali enflammé

Chez les deux sexes, le ventre et les flancs sont noirs et tachetés de blanc, la queue est rouge. Le dos et les ailes sont d’un brun beaucoup plus soutenu chez le mâle.

Le masque rouge du mâle s’étend jusqu’à mi-poitrine. Le brun de son front et de sa tête rejoint celui du dos et des ailes et son ventre est noir. Le contour de ses yeux est d’un bleu clair très vif.

Mâle Amarante enflammée.

La femelle a la poitrine rouge, le gris brun de sa tête s’étale jusqu’au dos et le contour des yeux est d’un bleu clair pâle. Son ventre est noir brun.

                                         Femelles Sénégalis enflammés.                      Femelle Hypargos niveoguttatus.

On distingue le dimorphisme chez les jeunes à la sortie du nid.

Dimorphisme chez les jeunes Amarantes enflammées.

Reproduction de l'amarante

Le mâle et la femelle paradent, une brindille ou une plume au bec. Le spectacle se déroule surtout au sol. C’est la femelle qui commence la plupart du temps, elle sautille en gonflant les plumes de son ventre.

Au jour d’aujourd’hui, je n’ai entendu que le chant du mâle qui est très mélodieux.

En règle générale, le nid est construit au sol.

La ponte se compose de 3, 4 rarement 5 œufs.

L'incubation dure 13-14 jours.

Le baguage s'effectue entre le 7ème et 9ème jour en 2,7mm.

L'envol des jeunes a lieu à 20-21 jours de vie.

Alimentation insectivore de l'amarante enflamée

Granivore, herbivore,  il consomme des insectes pour le nourrissage de ses petits (œufs de fourmi et fourmis, micros grillons, buffalos, pinkies, pucerons, araignées, larves de coléoptères, mites et chenilles …)

Pâtée aux œufs d'élevage, fruits et légumes.

Informations sur le sénégali enflammé

C’est un oiseau difficile à élever et très délicat. La formation d’un couple peut être laborieuse et dès que le couple est formé, il l’est à vie (monogame). C’est pour cela qu’on évitera de les séparer après la reproduction. Le changement de partenaire ou ré accouplement est possible mais prendra du temps. Pendant la reproduction, il devient agressif envers les autres occupants de la volière.

Expérience d’élevage de l'amarante enflamée

Cela fait un an que j’élève cette espèce. Comme je m’étais fait la main avec le Dybowski ou sénégali à ventre noir, une espèce cousine, j’ai utilisé la même méthode avec eux.

J’ai récupéré un couple d’importation avec un ami. Arrivés chez moi, je ne les ai mis en quarantaine qu’une semaine vu que mon ami avait déjà fait l’essentiel. Après ce délai, j’ai transféré le couple dans ma pièce d’élevage dans une cage de 160*50*50cm. Comme la femelle avait l’arrière du crâne tout déplumé et le contour des yeux bien gonflé et coloré, j’en avais déduit que c’était le bon moment ! Ils avaient à disposition, comme tous les autres africains, thuyas et nichoirs boîtes pour confectionner leur nid. Sachant qu’ils nichaient au sol, j’y avais aussi déposé un nid boîte. Je les ai nourris avec un mélange de graines pour exotiques de petit calibre mélangées à des graines de santé et autres graminées. Ils aimaient bien la pomme, les hautes herbes du jardin, le millet rouge et bien sûr ils raffolaient du millet mi-mûr. Pour ce qui est de la pâtée, j’ai procédé de la même manière que pour tous mes autres petits exotiques, une pâtée pour oiseaux de base pour exotique de chez Orlux mélangée à une pâtée universelle, des graines germées et bien sur des protéines animales (insectes). La pâtée ne doit être fournie que lorsqu’ils sont en reproduction. Je leur en ai distribué tous les jours. Ce sont les seuls oiseaux qui terminent leur mangeoire, donc il faut faire attention à l’embonpoint !

Une semaine plus tard, le nid fut construit dans le thuya (j’ai été surpris qu’ils me fassent un nid en hauteur mais j’ai appris avec le temps et l’expérience avec d’autres couples que c’est 50% en hauteur et 50% au sol).Nid de Sénégali enflammé. Ils utilisèrent de la fibre de coco, les tiges des herbes et le millet mi-mûr. Comme je ne contrôlais pas leur nid pour mettre toutes les chances de mon côté, j’ai déduit que la femelle avait pondu trois œufs lorsqu’elle commença à couver. Dès que la femelle sortait du nid, le mâle s’empressait de la remplacer. C’était rare de les voir dehors en même temps mais lorsque cela arrivait, j’avais remarqué qu’une brindille de coco ou un morceau de tige de millet mi-mûr barrait l’entrée du nid, comme pour détecter une éventuelle visite du nid.

Dès le 11ème jour de couvaison les deux parents étaient presque toute la journée au nid. Pour assurer le coup, je décidai d’augmenter la ration d’insectes dans la pâtée et d’en éparpiller au sol. A partir du 13ème jour, ils s’attaquèrent aussi sévèrement au millet mi-dur, environ 2-3 grappes par jour. J’en déduisis que les petits étaient nés. Sept jours plus tard, je décidai enfin de contrôler le nid afin de baguer les petits : il y avait deux œufs non féconds, deux petits et un œuf blanc. J’ai bagué en 2,7mm. Erreur fatale de ma part car le lendemain j’ai retrouvé au sol un petit décédé et le jour d’après le deuxième dans le même état. Ma première expérience fut donc un fiasco dû à mon envie de trop vouloir bien faire. Sans me laisser décourager, je repris tout à zéro en tirant profit de cet échec. Un peu moins de 15 jours plus tard, le couple se remit à l’œuvre, ponte et couvaison identiques à la 1ère fois. Je n’ai rien changé à ma pratique mais cette fois-ci, je ne pris pas le risque de les baguer et cela avait l’air de marcher. Entre le 8ème et le 10ème jour, j’ai commencé à diminuer la ration d’insectes pour ne pas trop exciter les parents et c’est à ce moment-là que j’ai commencé à entendre les gazouillements des petits quand ils demandent leurs pitances aux parents. Au 19ème jour (déduction toujours par rapport au début de la couvaison), je vis pour la 1ère fois les petits en dehors du nid, l’un était bien costaud par rapport à l’autre. A ce moment-là, je ne savais pas combien de petits il y avait en tout. Le lendemain je ne vis aucun petit. C’est seulement au 23ème jour que je revis les deux petits dehors et que je compris que c’étaient les seuls. A partir de ce moment-là, les petits ne rentraient au nid que pour la nuit. Le sevrage ne s’est pas très bien passé, j’ai perdu un petit aux alentours du 29ème jour malgré l'apport de nutribird. Celui qui est tombé (mort) était le moins costaud des deux. Environ une semaine après, les parents ont remis le paquet et c’est à ce moment que j’ai retiré le petit de la cage.

Construction du nid par étape:

Etape 1.    Etape 2.    Etape 3.

Evolution de jeunes Hypargos niveoguttatus:

                                                    Jeunes de 5 jours.Jeunes de 9 jours.

Jeunes à 16 jours.Jeune à la sortie du nid 21-22 jours.Jeunes de 35 jours.Jeune avec parents. Jeunes après avoir fini leurs mues.

Conclusion

C’est une très belle espèce pour laquelle je situerais la difficulté d’élevage entre l’espèce cousine Dybowski et les genres Uraeginthus (Granatinus et Ianthinogaster). Ce sont des oiseaux robustes à condition qu’on leur donne tout ce dont ils ont besoin. Les petits sont sexables dès la sortie du nid. La gamme des sénégalis évolue pratiquement toujours au sol.

Mutations

Pas de mutation connue à ce jour.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.